War Heritage Institute

  • SLIDER_FR_1500%20x%20320%20px_EXPO%20WWII_150%20ppi-1

Webinaire : La Journée des Droits de l'Homme

La Journée des Droits de l'Homme est célébrée le 10 décembre de chaque année suite à l'adoption, ce même jour de 1948, de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme par l'Assemblée Générale des Nations Unies. Ce texte décrit les droits de base ou droits fondamentaux et est, à ce jour, d'une grande importance en matière de norme générale morale et juridique et est fréquemment utilisé comme source de nouveaux traités internationaux ou amendements à la Constitution. Les militants et les organisations des droits de l'homme l'utilisent comme référence pour leurs actions.

Tous les pays membres de l'ONU sont invités chaque année à célébrer cet événement. En tant que mémorial des droits humains, le site WHI du Mémorial National du Fort de Breendonk, répond chaque année à cet appel. Dans la vie quotidienne de ce camp de l'horreur, le respect des droits humains était clairement bafoué. À leur arrivée dans le camp, les prisonniers étaient soumis à l'humiliation, la violence, les travaux forcés, la malnutrition et la torture. 301 d'entre eux ont été tués dans ce camp suite aux privations ou sous la torture, la pendaison ou l'exécution, sans aucune forme de défense. « Plus jamais ça ! Ce slogan ne peut être vide de sens ! » explique Herbart Beyers, administrateur du site. « C'est pourquoi, nous organisons le jeudi 10 décembre 2020 à 20 heures, une table ronde avec l'ancien président de la Ligue des Droits de l'Homme, Jos Vander Velpen, auteur du livre « Breendonk, chronique d'un camp ». Sur la base des archives et des procès qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, il décrit le sort des « éléments hostiles » (Juifs, communistes, prisonniers politiques et résistants dangereux pour l'état) qui ont été internés temporairement au « Durchgangslager » (camp de transit) de Breendonk, en attendant d'être amenés à l'étranger. Chacun des récits est unique et évoque les violations des droits de l'homme, et chaque récit vaut la peine d'être lu. Cette chronique est un portrait fascinant et poignant d'un camp oublié. »

Un camp oublié ? Jan Boey, journaliste de Het Nieuwsblad et de Gazet van Antwerpen, en parle avec l'administrateur du mémorial, Herbart Beyers. Quels sont les défis pour entretenir la mémoire de cette histoire d'il y a 75 ans ? L'histoire se répète-t-elle ? Quel est le rôle de l'éducation à la mémoire ? L'enfer de Breendonk était unique en son genre. De telles choses ne peuvent se reproduire. Mais en ces temps de polarisation, de rudesse et d'individualisation, ceci représente un défi majeur. Nous n'apportons pas de leçon d'histoire, mais un message ! Outre les conventions et institutions internationales, l'information historique et la vigilance sont essentielles pour éviter que des horreurs telles que Breendonk, mais aussi d'autres camps de concentration, ne se reproduisent.

Rendez-vous donc le 10 décembre à 20 heures, sur la page Facebook du War Heritage Institute, pour cet entretien en direct entre l'auteur Jos Vander Velpen, l'administrateur du site Herbart Beyers et le modérateur Jan Boey.

Si vous souhaitez obtenir un exemplaire dédicacé du livre « Breendonk, chronique d'un camp », vous pouvez vous adresser à l'accueil du mémorial, après le rendez-vous Facebook du Fort de Breendonk, entre 18h et 19h45.